Santé

L’harpagophytum,, un anti-inflammatoire naturel

Surnommée la « griffe du diable », l'harpagophytum est l’une des plantes les plus prescrites contre l’inflammation et les articulations douloureuses, notamment en cas d'arthrose. En extrait sec de racine, en compléments alimentaires, en teinture mère…, nos conseils pour bien utiliser l’harpagophytum.

Mais qu’est-ce que l’harpagophytum ?

On l’appelle “griffe du diable” en raison de ses fruits aux épines crochues. L’harpagophytum pousse dans le désert du Kalahari, en Afrique. Une zone sanctuaire a été créée dans le Parc national de Bwabwata, afin d’y développer une culture durable.

A voir aussi : Un équipement indispensable pour sécher les serviettes

L’Organisation mondiale de la santé  estime cliniquement avéré l’usage de l’harpagophytum dans le traitement des douleurs liées aux rhumathismes, en particulier dans l’inflammation chronique d’une articulation, l’arthrose et la lombalgie.

De plus, les instances européennes de santé ont confirmé l’intérêt de cette plante pour maintenir la mobilité et la flexibilité articulaire. Elle est très utilisée chez les sportifs de haut niveau. 

A lire également : Les options proposées sur le site conseil-service-collectivités.fr

Ses effets analgésiques et anti-inflammatoires aident à calmer les douleurs liées à une entorse ou à une tendinite. En revanche, ce n’est pas la plante à prendre en cas de contracture musculaire.

Comment utiliser l’harpagophytum ?

En gélules ou en comprimés d’extraits secs de racine, il est 5 à 10 fois plus concentré que la poudre de plante. Une cure est recommandée lors de poussées d’arthrose ou d’une inflammation locale avec gonflement de l’articulation ou en cas d’inflammation chronique.

En version poudre de plante totale sèche, on la retrouve sous forme de gélules. La dose efficace se situe entre 5 et 10 grammes par jour. Si vous l’achetez en pot, pensez à la mélanger à une compote ou à un jus de fruit, afin de masquer l’amertume.

Enfin, l’harpagophytum existe aussi sous forme de teinture mère. Mais cette formule reste moins concentrée que l’extrait sec de racine ou la poudre de plante totale sèche.

Quelle que soit la forme utilisée, il faut un apport d’au minimum 50 à 100 mg d’harpagosides par jour, pour traiter les douleurs articulaires et retrouver une bonne santé.