Santé

Qui peut faire un bilan de dyspraxie ?

dyspraxie

La dyspraxie est un mal qui se manifeste par une perturbation permanente de plusieurs facultés notamment psychique chez ses victimes. Ces derniers se font sans doute remarquer dans la société par leurs manières d’être souvent confus. Plusieurs critères permettent de distinguer ceux qui ont besoin d’un bilan de dyspraxie. Découvrez plus de précisions concernant cette maladie dans cet article.

Qu’est-ce que la dyspraxie ?

La dyspraxie est un mal qui affecte le développement cognitif de certains êtres humains. Elle se fait remarquer par la confusion qu’elle crée chez ces victimes. Une personne souffrant de la dyspraxie a généralement du mal à aller vers un objet qu’il a peut-être repéré. Pour quelqu’un qui souffre de ce mal fantôme, il ne sera pas en mesure d’exécuter facilement certaines tâches.

Lire également : Arrêts-maladie : le gouvernement préconise un diagnostic

L’essentiel à savoir sur cette anomalie est qu’il modifie entièrement l’interprétation spatiale et visuelle du malade. Ce dernier peut se faire des idées inimaginables sur les différents objets présent et absent autour de lui. Les enfants de même que les personnes du troisième âge peuvent en être victimes.

Les statistiques ont prouvé que 1 à 6 % des concernés sont ceux qui suivent une formation scolaire. De plus, les garçons sont plus affectés que les filles.

Lire également : Pharmacie de garde : un seul numéro face à une urgence

Hommes et femmes peuvent donc consulter un médecin pour effectuer un bilan lorsqu’il détecte des symptômes de la dyspraxie. Mais quels sont les signes caractéristiques de ce mal ?

Les symptômes du trouble de la dyspraxie

Pour savoir qu’une personne souffre de la dyspraxie, il faut d’abord observer ses comportements et ses raisonnements. Certains dérèglements tels que la dysgraphie, le défaut d’adresse, le manque d’équilibre psychique sont immédiatement remarqués chez le malade. Ces défauts qui naissent chez le malade sont à l’origine de plusieurs autres problèmes. On peut citer  les difficultés :

  • Liées à la maitrise de certaines actions telles que l’habillement, l’utilisation des cuillères, le port correct d’une chaussure ;
  • D’auto-désaltération ;
  • de réussite des exercices de motricité délicate comme le coloriage, le graphisme et l’utilisation d’un stylo pour écrire ;
  • L’utilisation de certains outils visuels en particulier ceux qui concernent les données de l’espace comme les courbes et les tableaux ;
  • Dans les divertissements qui exigent certaines manipulations d’objet ainsi que le sport et la musique ;
  • Rencontrer par le malade pour sa localisation spatiale ;
  • De prise de note claire et correcte ainsi que la restitution des notions apprises.

Que ça soit un enfant ou un adulte qui présente ces signes, il doit immédiatement procéder à un bilan de dyspraxie. Il est aussi important de savoir que les symptômes ci-dessus énumérés limitent énormément le sujet victime dans la société.

Conséquences sociales de la dyspraxie sur le malade

Les difficultés que rencontre le malade sont remarquées en permanence à son niveau. Un facteur qui l’empêche de participer à certaines compétitions pour ne pas paraitre ridicule. Les problèmes liés à la vision spatiale du souffrant ne lui donnent pas la possibilité d’accéder facilement aux endroits qu’il ne maitrise pas trop. Il n’est donc pas possible pour lui de circuler seul dans le quartier ou de voyager sans compagnie.

Vu les différents problèmes auxquels le malade est exposé, il est clair qu’il ne pourra pas briller à l’école s’il est en pleine formation scolaire. Le sujet souffrant aura des difficultés à s’organiser pour effectuer n’importe quelle tâche.

Les incohérences qui existent dans les habitudes de cette personne l’amènent à être mal comprise par son entourage.