Santé

Quelles maladies peuvent faire baisser les plaquettes

Quelles maladies peuvent faire baisser les plaquettes

Votre corps est une machine complexe composée de nombreux systèmes interconnectés. Lorsque l’un de ces systèmes dysfonctionne, cela peut avoir un impact sur d’autres parties de votre organisme. C’est le cas des plaquettes sanguines. Produites dans la moelle osseuse et présentent dans le sang, ces petites cellules sont essentielles à la coagulation et à la prévention des saignements. Leur nombre peut être affecté par diverses maladies, allant des infections aux troubles auto-immuns en passant par les cancers du sang.

Cet article, détaille les principales pathologies susceptibles de faire baisser votre taux de plaquettes dans le sang, ainsi que leurs symptômes et mécanismes sous-jacents. Que vous soyez confronté à une thrombopénie (faible taux de plaquettes) ou que vous cherchiez simplement à en savoir plus sur ce sujet, cet article vous aidera à mieux comprendre les liens entre les maladies et les plaquettes sanguines.

A lire aussi : Est-ce que le CBD est autorisé en Belgique ?

Maladies infectieuses

Certaines infections virales ou bactériennes peuvent perturber la production ou la durée de vie des plaquettes, entraînant une diminution de leur nombre dans le sang.

Dengue

La dengue est une maladie virale transmise par les moustiques, particulièrement répandue dans les régions tropicales et subtropicales. Ses principaux symptômes sont la fièvre, les douleurs musculaires et les saignements. L’un des effets secondaires de cette infection est la thrombocytopénie, ou thrombopénie, c’est-à-dire une baisse du taux de plaquettes.

Lire également : Comment gérer le stress au travail

Ce phénomène est dû à plusieurs mécanismes :

  • Destruction accrue des plaquettes par le système immunitaire
  • Consommation excessive des plaquettes lors de la formation de caillots sanguins
  • Inhibition de la production de nouvelles plaquettes par la moelle osseuse

Une thrombopénie sévère peut entraîner des saignements potentiellement graves, nécessitant une prise en charge médicale appropriée.

Hépatite virale

Les hépatites virales, notamment les types B et C, sont des infections qui ciblent le foie. Bien que leurs symptômes principaux soient la fatigue, la jaunisse et les douleurs abdominales, elles peuvent également avoir un impact sur les plaquettes sanguines.

Le mécanisme exact de la baisse des plaquettes dans les hépatites virales n’est pas complètement élucidé, mais il semble impliquer une combinaison de facteurs :

  • Destruction des plaquettes par les anticorps produits par le système immunitaire
  • Séquestration des plaquettes dans la rate hypertrophiée (splénomégalie)
  • Dysfonctionnement de la production de plaquettes par la moelle osseuse

Une surveillance étroite du taux de plaquettes est recommandée chez les patients atteints d’hépatite virale, afin de prévenir les complications hémorragiques potentielles.

VIH/SIDA

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA). Cette infection chronique affecte le système immunitaire et peut également entraîner une diminution du nombre de plaquettes.

Les mécanismes impliqués dans la thrombocytopénie liée au VIH sont multiples :

  • Destruction accrue des plaquettes par les anticorps produits par le système immunitaire
  • Inhibition de la production de nouvelles plaquettes par la moelle osseuse
  • Consommation excessive des plaquettes lors de la formation de caillots sanguins

En plus de la fatigue, de la perte de poids et des infections opportunistes, les patients atteints du VIH/SIDA peuvent présenter des saignements dus à une thrombopénie sévère. Un suivi régulier du taux de plaquettes est essentiel pour adapter le traitement si nécessaire.

Maladies hématologiques

Les maladies hématologiques, qui affectent le sang et les organes formateurs de cellules sanguines, peuvent souvent entraîner une baisse du nombre de plaquettes.

Leucémies

Les leucémies sont des cancers qui touchent les cellules souches de la moelle osseuse, responsables de la production des différentes cellules sanguines, dont les plaquettes. On distingue deux types principaux de leucémies :

  • Leucémies aiguës : Elles se développent rapidement et nécessitent un traitement d’urgence. Les symptômes courants incluent la fatigue, les infections fréquentes et les saignements.
  • Leucémies chroniques : Elles progressent plus lentement, mais peuvent également entraîner une thrombopénie.

Dans les deux cas, la production de plaquettes est perturbée, ce qui conduit à une diminution de leur nombre dans le sang. Un traitement approprié, tel que la chimiothérapie ou la greffe de moelle osseuse, est nécessaire pour rétablir une numération plaquettaire normale.

Anémie aplasique

L’anémie aplasique est une maladie rare caractérisée par une défaillance de la moelle osseuse, qui ne produit plus suffisamment de cellules sanguines, y compris les plaquettes. Les principaux symptômes sont la fatigue, les infections récurrentes et les saignements.

La thrombopénie observée dans l’anémie aplasique est due à une production insuffisante de nouvelles plaquettes par la moelle osseuse. Le traitement vise à stimuler la production de cellules sanguines, soit par des médicaments immunosuppresseurs, soit par une greffe de moelle osseuse.

Syndrome myélodysplasique

Le syndrome myélodysplasique (SMD) est un groupe de troubles caractérisés par un dysfonctionnement des cellules souches de la moelle osseuse. Cela entraîne une production anormale et insuffisante des différentes cellules sanguines, dont les plaquettes.

Les principaux symptômes du SMD sont l’anémie, les infections récurrentes et les saignements dus à la thrombopénie. Le degré de baisse des plaquettes dépend du type et de la sévérité du SMD.

Maladies auto-immunes

Dans les maladies auto-immunes, le système immunitaire s’attaque par erreur à certaines cellules ou tissus de l’organisme, y compris les plaquettes sanguines.

Le Purpura thrombocytopénique immunologique (PTI) est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire produit des anticorps dirigés contre les plaquettes, entraînant leur destruction prématurée. Les principaux symptômes sont les saignements, les ecchymoses (bleus) et les pétéchies (petits points rouges sur la peau).

Le lupus érythémateux disséminé (LED) est une maladie auto-immune systémique qui peut toucher plusieurs organes et tissus, dont le sang. La fatigue, les douleurs articulaires et les éruptions cutanées en sont les symptômes les plus courants.

Autres causes

Outre les maladies mentionnées précédemment, d’autres facteurs peuvent également contribuer à une baisse du taux de plaquettes.

L’hypersplénisme est un état dans lequel la rate, normalement responsable de la filtration et de l’élimination des cellules sanguines vieillissantes, devient hypertrophiée et détruit un nombre excessif de plaquettes. Cela peut survenir dans certaines maladies hépatiques ou hématologiques, entraînant une thrombopénie.

Certaines carences nutritionnelles, notamment en vitamines B12 et en acide folique, peuvent perturber la production de cellules sanguines, y compris les plaquettes. Une alimentation équilibrée et, si nécessaire, des suppléments nutritionnels peuvent aider à corriger ces déficits et à normaliser le taux de plaquettes.

En conclusion, les plaquettes sanguines jouent un rôle crucial dans la coagulation et la prévention des saignements. Cependant, leur nombre peut être affecté par diverses maladies, allant des infections aux troubles auto-immuns en passant par les cancers du sang.

Il est important de surveiller régulièrement votre taux de plaquettes, surtout si vous présentez des symptômes tels que des saignements, des ecchymoses ou des infections récurrentes. En cas de thrombopénie, votre médecin pourra rechercher la cause sous-jacente et vous proposer un traitement adapté.