Santé

Infarctus : connaissez-vous les gestes qui sauvent ?

Plus de 45 000 personnes décèdent chaque année d’un arrêt cardiaque. Parmi ces victimes, certaines pourraient être sauvées. Comment ? En réagissant rapidement et en faisant les bons gestes. Voici les gestes à connaître pour savoir réagir lorsque vous êtes témoin d’une crise cardiaque.

Utiliser un défibrillateur

Depuis 2007, toute personne non médecin est autorisée à utiliser un défibrillateur. Et il faut savoir qu’en cas d’accident cardiaque dans le cadre du travail dans un établissement recevant peu ou pas de public, l’entreprise peut en être tenue responsable. Dans ce cas, il est donc conseillé de disposer d’un appareil de réanimation. Si le prix d’achat peut être élevé, en revanche le prix de la location d’un défibrillateur devient intéressant sachant que l’entretien est compris, avec la garantie d’un matériel en parfait état de fonctionnement.

A lire aussi : Où trouver les meilleures huiles de CBD ?

Légalement, un certain nombre d’établissements recevant du public seront bientôt tenus de mettre à disposition un défibrillateur : les structures d’accueil pour personnes âgées, pour personnes handicapées, les établissements de soins, les gares, les hôtels-restaurants d’altitude, les refuges de montagne, les établissements sportifs clos et les salles polyvalentes sportives.

Les gestes vitaux à connaître

En cas d’arrêt cardiaque, il est vital de réagir rapidement : au bout de 5 minutes, des lésions graves peuvent déjà affecter le cerveau s’il n’est pas irrigué.

A lire aussi : Pourquoi utiliser un stérilisateur de cup ?

La première chose à faire est de sécuriser la victime et de prévenir les secours. Si vous êtes plusieurs, demandez à l’un des témoins d’appeler le SAMU en composant le 15 sur un téléphone. Pendant ce temps, commencez au plus vite les massages cardiaques pendant qu’un autre témoin cherche le défibrillateur. Il est important de faire les massages cardiaques de façon continue pendant les premières minutes. Il s’agit d’exercer 100 pressions par minute, par séquences de 30, en appuyant avec tout le poids de son corps sur le thorax de la victime.

Vous trouverez sur internet des conseils précis et des tutoriels pour identifier un infarctus et vous exercer à pratiquer les bons gestes. Se former pour devenir secouriste (IPS) est également une initiative qui vous permettra d’agir et de sauver des vies. L’initiation aux premiers secours dure deux heures seulement et peut être suivie dès l’âge de 10 ans : pourquoi se priver ?

Les signes avant-coureurs d’un infarctus

Les signaux précurseurs d’un infarctus peuvent varier d’une personne à l’autre, mais vous devez les reconnaître pour agir rapidement. La douleur thoracique est le symptôme le plus courant et peut se manifester sous différentes formes : une sensation de serrement, une pression intense ou même une douleur aiguë qui irradie vers le bras gauche, la mâchoire ou l’estomac. Vous devez noter que certain(e)s individu(e)s ne ressentent aucune douleur thoracique lors d’un infarctus.

Au-delà de la douleur thoracique, des signaux moins évidents peuvent aussi être présents. Une fatigue extrême et inhabituelle peut être un indicateur important qu’il ne faut pas négliger. Si vous êtes soudainement essoufflé(e) sans raison apparente, cela pourrait être un autre signal avant-coureur à prendre en compte.

Une transpiration excessive sans effort physique particulier est aussi un symptôme fréquent chez les personnes ayant un risque accru d’infarctus. Si vous remarquez que votre peau devient moite et que vous ressentez une sudation abondante alors que la température ambiante n’est pas élevée, prenez cela au sérieux.

Des nausées voire des vomissements accompagnés de sensations de malaise généralisé sont aussi des indicateurs possibles d’un futur infarctus du myocarde.

La prévention de l’infarctus : adoptez les bons réflexes alimentaires

La prévention de l’infarctus passe par une alimentation équilibrée et saine. En adoptant les bons réflexes alimentaires, vous pouvez diminuer considérablement votre risque de développer cette maladie cardiovasculaire grave.

Vous devez limiter la consommation des graisses saturées. Ces dernières se trouvent principalement dans les produits d’origine animale tels que la viande rouge, le beurre et le fromage. Privilégiez plutôt les sources de protéines maigres comme le poisson, les légumineuses et les noix.

Les acides gras oméga-3 sont aussi bénéfiques pour la santé cardiaque. Vous pouvez en trouver dans les poissons gras tels que le saumon, le thon ou encore les sardines. N’hésitez pas à intégrer ces aliments à votre régime alimentaire afin de favoriser un bon fonctionnement du système cardiovasculaire.