Actualité

Quand puis je changer d’assurance habitation ?

Annulation dans l’assurance : que faire ?

Avec malchance, vous êtes victime de plusieurs petites réclamations consécutives ! Vous n’en êtes absolument pas responsable, mais votre assurance ne le voit pas avec cet œil… Vous pourriez être victime d’une résiliation d’assurance.

Lire également : Quelle est la taille de la chanteuse Jenifer Bartoli ?

Que faire pour éviter les radiations ? Comment réagir ?

Radiation, notre expérience personnelle

En fait, cet article est basé sur une (mauvaise) expérience personnelle de résiliation d’assurance ! En 2014-2015, chez nous, nous avons été victimes de plusieurs demandes consécutives.

Lire également : Déménager ne s’improvise pas, Il faut s’organiser !

Voici une chronologie rapide , qui vous permettra de comprendre ce « phénomène » :

En juin 2014, une violente pluie de grêle ruine le porche de nos enfants, l’habillage de notre Velux, plusieurs volets en PVC (percés depuis les collines), etc.

En septembre 2014, nous avons été victimes d’un cambriolage chez nous (matériel informatique, photos et bijoux nous sont volés ).

Début 2015 (souscrit à une option supplémentaire avec notre assurance habitation), nous déclarons une consommation excessive d’eau . La réclamation est enregistrée par notre compagnie d’assurance, mais « non traitée » (parce que causée par notre adoucisseur, pas par une perte en dehors de notre résidence principale).

Quelques mois plus tard, par téléphone, notre assureur nous informe que notre compagnie d’assurance (MAAF) réglera notre assurance habitation en raison de nos 3 réclamations plus tard (y compris la dernière « non traitée »). Il nous dit que nous recevrons une lettre d’annulation sous peu, et à la fin de notre contrat, l’assurance ne sera pas renouvelée, donc nous serons annulé.

Réclamations et annulations : la double pénalité

Vous avez souffert de sinistres (un brise-glace, un accrochage sur un parking, un léger dégât d’eau, une porte rayée par le vandalisme, un cambriolage…), et, un jour, vous êtes « remerciés » par votre compagnie d’assurance  .

Vous pensiez que c’était impossible, vous pensiez être l’assuré idéal (qui n’a subi aucune perte depuis 10 ou 15 ans, sauf ceux), vous êtes surpris…

Victime de plusieurs sinistres sans que vous soyez responsable, vous êtes maintenant victime de votre assureur ! Vous trouvez cette résiliation dans l’assurance injuste ! Des millions de Français sont dans le même cas !

Pourquoi une résiliation dans l’assurance ?

Sachez que la résiliation de l’assurance peut se produire beaucoup plus rapidement que vous ne le pensez.

Tout d’abord, il faut se rappeler que , légalement, chaque assureur a le droit de résilier à l’expiration d’un contrat . Donc, si un assuré semble lui coûter trop cher ou lui faire supporter un risque trop élevé, il n’aura aucun scrupule à lui demander d’aller ailleurs.

Ainsi, cette sélection annuelle à partir de son dossier client lui permet d’optimiser les performances de son entreprise. Il faut garder à l’esprit que malgré la mise en commun des risques, une compagnie d’assurance est avant tout une entreprise qui cherche à générer des profits.

En effet, les assureurs se fient simplement aux statistiques. Ces derniers montrent qu’une catastrophe passée prédit souvent une catastrophe future (avec ou sans responsabilité). « Sortie » pout tous les assurés à risque !

Les conséquences de la résiliation

Une inscription sur « liste noire »

Dans ce cas, vous êtes considéré comme une « personne à risque » ! La conséquence la plus gênante pour toute victime assurée de résiliation d’assurance est son inscription automatique sur la« liste noire ». C’est-à-dire une entrée dans le dossier de l’AGIRA (Association pour la gestion des informations sur les risques dans l’assurance)

Je reviendrai à mon incident personnel décrit ci-dessus… Après que notre assureur ait annoncé l’annulation, j’ai immédiatement commencé à faire des devis en ligne pour trouver une nouvelle assurance. Lorsque je saisis les informations (utiles à ces citations), chaque fois que j’ai indiqué que j’étais victime d’un licenciement, il m’était impossible de continuer et on m’a demandé de contacter la compagnie d’assurance par téléphone. Bizarre !

D’ un autre côté, pour une demande de devis non terminée, je pourrais continuer. Après avoir testé le même veine sur le site de plusieurs entreprises, j’ai vite réalisé que je n’étais pas le bienvenu, après ma résiliation de l’assurance !

Assurance à « prix exorbitant »

Suite à cette « tentative » de résiliation de l’assurance (lire ci-dessous), j’ai poursuivi au téléphone avec une seule compagnie d’assurance « juste pour voir ». Ce qui n’a pas été ma surprise lors de l’annonce des conditions : un taux annuel augmenté de 50% et une déductible doublée (et l’impôt). Bien sûr, je n’ai pas suivi.

Comment réagir à une résiliation dans l’assurance ?

Les solutions à impliquer ne seront pas les mêmes que vous ayez déjà reçu ou non une lettre officielle de votre compagnie d’assurance vous informant de la résiliation de la police d’assurance.

Vous avez déjà reçu la lettre d’annulation

Vérifiez le libellé utilisé sur cette lettre.

Premièrement, demandez-vous si la compagnie d’assurance se conforme à l’article R113-6 du Code des assurances (dans le libellé de la lettre). En fait, elle ne peut résilier de son propre chef un contrat sans raison réelle et sérieuse (elle est interdite par la loi). Il doit indiquer à l’assuré la nature et la date de l’événement qu’il entend invoquer pour procéder à l’annulation.

Article R113-6 : « Lorsqu’une Partie a l’intention de se retirer d’un contrat d’assurance en vertu de l’article L. 113-16, elle envoie à l’autre Partie une lettre recommandée demandant un avis de réception indiquant la nature et la date de l’événement invoqué par elle et indiquant toute indication de nature à s’assurer que la est directement liée à cet événement. »

Par exemple, si le compagnie d’assurance dit simplement « ne voulant plus assurer ce qui était couvert par le contrat » ou « faire un « ajustement technique de ses contrats », la raison n’est pas admissible. Vous avez le droit de le contester .

Cherchez une nouvelle assurance

Dans ce cas, à la suite d’une résiliation d’assurance, vous êtes « inscrit à l’AGIRA ». Vous devrez trouver une nouvelle assurance. Vous pouvez utiliser les nombreux comparateurs d’assurance,afin de faire un premier tri parmi les meilleures offres et les autres.

Cependant, attendez-vous à payer (beaucoup) plus auparavant, et devenir victime d’abus de la part des compagnies d’assurance (même si vous n’êtes pas coupable).

Il y a aussi des comparateurs spécialement conçus pour les « assurés annulés » !

Inscrivez  vous au BCT si nécessaire

Vous pouvez saisir  le Bureau central de Tarification (BCT), qui est sous AGIRA. L’OTC fixera le montant de la cotisation en fonction du taux de référence de votre assureur préféré et forcera l’assureur à vous assurer pendant un an. D’autre part, dans ce cas, vous êtes couvert uniquement parla responsabilité civile (CR) Si pour malchance, vous ne pouvez pas trouver un assureur prêt à assurer, pour l’assurance automobile, , à savoir l’indemnisation des dommages que vous pouvez causer. RC est la seule garantie obligatoire, donc vous ne serez pas couvert par les vols, les incendies, les brise-glace… ! En bref, une solution minimale.

Il en va de même pour l’assurance habitation depuis l’adoption de la loi ALUR  (loi sur l’accès au logement et l’urbanisme renouvelé, du 24 mars 2014).

Avant de rejoindre le BCT, choisissez la compagnie d’assurance avec laquelle vous souhaitez être assuré. Sur la base du tarif de cette société, BCT prendra sa décision et demandera à l’assureur désigné de vous garantir. Pour ce faire, utilisez un document intitulé « Proposition d’assurance ».

Vous n’avez pas encore reçu la lettre d’annulation

Les clés sont là ! Voici les habitudes que vous devez prendre pour éviter toute résiliation de l’assurance (et donc tous les tracas mentionnés ci-dessus).

Finissez tout seul !

J’aimerais rappeler que  mon assureur m’a appelé pour m’informer de la volonté du MAAF de résilier mon contrat . Était-ce une coïncidence, une erreur embarrassante de sa part ou un « message subliminal » ?

Aucune idée…, mais après une nuit de réflexion, j’ai pensé qu’il était encore possible d’éviter mon inscription à AGIRA ! Il suffit de prendre les devants, de prendre la vitesse MAAF. Lo le même jour, j’ai envoyé une lettre recommandée avec avis de réception annonçant au MAAF mon désir de le laisser à la fin de mon contrat .

Je n’ai donc jamais reçu la lettre d’annulation citée par mon assureur ! Donc je n’ai jamais été « officiellement » victime de résiliation de l’assurance,

Obtenez votre assureur de vitesse et anticipez !

Vous déclarez votre désir de quitter l’entreprise (de LRAR) !

Limitez le risque de rayonnement !

Dès que vous êtes victime d’une catastrophe (responsable ou non), pensez deux fois, prenez le nerf des deux mains et jouez à la compétition . Utilisez un ou deux comparateurs d’assurance en ligne et n’hésitez pas à changer de compagnie d’assurance de temps à autre.

Pour vous motiver, dites-que AGIRA garde une trace d’une résiliation d’assurance pendant 5 ans (imposant ainsi à tout assuré dans ce cas des cotisations d’assurance substantielles pendant 5 ans) !

Vous avez connu 2 plaintes dans la même entreprise (responsable ou non, proche ou non), vous ne prenez aucun risque ! Terminez le prochain délai (envoi d’un email immédiat recommandé au moins 2 mois avant la date limite) et voyez ailleurs !

Ne croyez pas que le rayonnement arrive seulement aux autres. Avant que le MAAF ne veuille résilier mon contrat (objectif vide, sans avertissement, en 2015), ma résidence principale était assurée avec eux pendant 8 ans (sans perte) !

Dès votre deuxième désastre, prenez les devants sans délai !

Terminez seul pour restaurer les « compteurs » (désastre) !

Évitez toute énumération dans AGIRA en changeant d’assurance.

J’ ai donc pu économiser quelques centaines d’euros sur 5 ans ! Pour conclure, cette résiliation de mon volonté (envoi une lettre recommandée avec avis de réception), avant que le MAAF n’ait eu le temps de m’envoyer sa décision d’annulation (et donc le dossier à AGIRA) m’a permis de maintenir un taux d’assurance « normal ».

Pourquoi changer d’assurance habitation ?

Les raisons qui poussent à vouloir changer de contrat d’assurance peuvent être nombreuses. En premier on y retrouvera le prix que l’on peut juger trop cher au vu de ce que proposent les autres assureurs ou on peut aussi estimer que l’on n’est pas assez couvert. Dans tous les cas il vous est possible de changer d’assurance habitation au bout de la première année de contrat chez votre assureur.

Si vous estimez que vos cotisations sont trop chères

Si vous pensez payer trop cher c’est peut-être parce que vous avez souscrit à des options inutiles dans votre contrat d’assurance. Pensez à le relire et à demander qu’il soit ajusté en fonction de vos besoins. En vous assurant chez Allianz, vous verrez que vous pourrez choisir chacune des options dans votre contrat et ainsi obtenir une assurance personnalisée qui correspondra parfaitement à ce que vous souhaitez. Souscrire à une assurance personnalisée c’est s’assurer de ne pas payer des options pour rien. En payant votre cotisation à l’année vous aurez également le droit à une réduction.

Si vous estimez que vous n’êtes pas assez couverts

Si vous pensez être trop peu couvert, vous pouvez demander à rajouter des options dans votre contrat par le biais d’un avenant. Sachez tout de même que vos cotisations seront plus élevées. Il se peut même que votre assureur vous demande de vous réengager pour un an. Dans ce cas-là il est préférable de se diriger vers un nouvel assureur, qui en plus de rajouter les options dont vous avez besoin, vous fera sûrement une offre de bienvenue. C’est le cas avec Allianz, qui vous offre deux mois de cotisation pour la souscription d’un contrat d’assurance avec leur société. Chez eux, vous pouvez vous assurer en ligne ou en agence.