Economie

Et si vous utilisiez le covoiturage en zone urbaine ?

Alors que le covoiturage s’est fait connaître sur les grandes distances (voyages professionnels ou vacances), il se démocratise aujourd’hui de plus en plus, et fait son apparition dans les zones urbaines. En effet, grâce à l’hyper-connectivité de notre société il est de nos jours très facile de réserver un trajet en quelques minutes. De ce fait, il est possible de faire du covoiturage pour aller travailler, faire ses courses, ou simplement sortir rejoindre des proches ! Comment faire ? Par exemple avec Citygo et le covoiturage urbain qui met en relation les conducteurs avec les passagers. Présentation des avantages d’une nouvelle façon de se déplacer.

Les avantages du covoiturage urbain

Qui dit « urbain » dit petits trajets, et donc une façon différente de faire du covoiturage des trajets plus longs. En effet, si par exemple vous allez travailler chaque jour à la même heure avec votre véhicule, et qu’une autre personne a le même trajet que vous, vous pourrez le prendre en tant que passager, et ce quotidiennement ! Ainsi, tous les jours à la même heure, vous passerez le prendre (il sera sur votre trajet), et ce dernier participera aux frais de déplacement avec vous. De ce fait, plus vous aurez de passagers, plus vous pourrez gagner de l’argent avec ce trajet. Bien entendu, le covoiturage urbain n’a pas pour seul avantage les finances…

A voir aussi : Zoom métier : le jardinier paysagiste

En effet, cela permet de créer un lien social car les personnes avec qui vous partagez vos trajets reviennent régulièrement, et forcément, vous utiliserez ce temps pour discuter et échanger. Enfin, le dernier grand aspect positif du covoiturage, c’est le côté écologique. Quand on connaît l’impact de la circulation automobile sur l’environnement… Le fait de se regrouper jusqu’à 4 ou 5 dans la même voiture est forcément une bonne chose.

Vous l’aurez compris, il n’est pas nécessaire de faire de très longs trajets pour participer au covoiturage, les trajets du quotidien suffisent amplement… Et puis vous pourrez vous dire que vous n’aurez pas forcément besoin d’un GPS pour le coup.

A lire aussi : PSA passe avec brio l’obstacle du nouveau protocole d’homologation