Uber, le capitalisme dévoyé

Dans une économie de marché, une société prospère est celle qui crée de la richesse. Du coup, il devient légitime de se poser la question de savoir si une entreprise privée peut exister sur la durée si elle ne fait pas de profit. Pourtant, il semble qu’Uber est une exception à la règle. En effet, le géant du transport avec chauffeur est aujourd’hui confronté à un sérieux gouffre économique, mais ses investisseurs ne pensent pas à une chute ou à un dépôt de bilan.

Des investisseurs face à de gros déficits

Aujourd’hui, Uber est valorisé à hauteur de 50 milliards. Pourtant, cette plateforme californienne de location de voiture avec chauffeur est perçue comme une véritable licorne, un peu comme toutes ses grandes compagnies non cotées en bourse et qui sont valorisées à plus d’un milliard de dollars. Aux États-Unis, les parts de marché d’Uber sont de 70% au moment où la marque se targue d’être présente dans plus de 630 villes dans le monde.

Lire également : La cosmétique Sud-Coréenne à l’assaut de l’Europe

D’ailleurs, le groupe vient de publier ses résultats 2017, comme ceux de l’année précédente et ils donnent des sueurs froides aux investisseurs. En effet, pour l’année écoulée, le géant du transport a subi une perte de 4.5 milliards de dollars pour un chiffre d’affaires de plus de plus 7.5 milliards de dollars. Cependant, certains investisseurs n’hésitent pas à y investir, notamment le japonais Softbank.

Quelle est la véritable valeur de cette entreprise ?

La valeur d’Uber tient à un seul fil : la plupart des experts du domaine financier estiment que ses gains futurs seront à la hauteur. Suffisant pour attirer les investisseurs ? On dirait que c’est le cas. Pendant ce temps, après la véritable guerre que lui ont menée les taxis, on dirait qu’il est en train d’être remplacé par d’autres services du genre tels que Mon Chauffeur Privé.

A découvrir également : MPS : savez-vous ce que c’est ?

Pour justifier la confiance à Uber, les experts prennent en exemple Amazon ou Apple qui ont connu plusieurs années de résultats médiocres avant de décoller.

Qu’est-ce qui explique ces résultats ?

En ce moment, les résultats d’Uber s’expliquent par plusieurs facteurs. D’abord, il y’a la forte concurrence de l’américain Lyft, de l’Indien Ola ou encore du Singapourien Grab et Uber se bat pour garder sa place sur le marché. Pour cela, ils multiplient les promotions pour ses clients et ses chauffeurs. Il faudra alors inverser cette tendance en achetant des parts de marchés et entamer une nouvelle remontée.