Business

Le guide ultime pour créer son entreprise

Le guide ultime pour créer son entreprise

Projet ambitieux très exigeant, la création d’entreprise est une vision nourrie par de nombreux Français. Alors que certains hésitent encore à tenter l’expérience, de plus en plus de personnes sont enclines à entreprendre de nos jours. Le nombre d’entreprises en France augmente notamment de plusieurs dizaines de milliers chaque mois.

Les réalités de la vie entrepreneuriale étant toutefois loin d’être faites de couleurs et de paillettes uniquement, une préparation minutieuse est requise avant de se lancer dans le grand bain. Si trouver la bonne idée d’entreprise est un point de départ plutôt rassurant, de nombreuses autres démarches obligatoires sont à réaliser. Le guide ultime pour créer son entreprise vous expose tout sur la création d’entreprise.

A lire en complément : Restaurant, café, bar…4 conseils pour un établissement attractif

Trouver une idée d’entreprise innovante

La France figure au titre des pays où il est très avantageux de créer son entreprise. L’INSEE présentait notamment en 2018, un rapport de plus 3, 8 millions d’entreprises sur le territoire. L’engouement des Français pour l’entrepreneuriat s’étant accentué ces dernières années, les statistiques ont sans doute beaucoup évolué aujourd’hui.

L’existence de cette pléthore d’entreprises rend tous les secteurs d’activité concurrentiels. Avant de penser à créer une entreprise en France aujourd’hui, il est alors impératif de trouver une idée d’entreprise porteuse.

Lire également : Combien coûte un divorce en 2018 ?

Elle doit être innovante et apporter une réponse de grande qualité à la demande du marché. Aussi est-il conseillé aux entrepreneurs de se positionner sur des secteurs qui les passionnent et où ils peuvent mettre à contribution leurs talents et qualifications.

Constituer son idée en projet entrepreneurial

Le premier défi pour créer une entreprise, c’est de trouver la bonne idée d’entreprise. Tout ne s’arrête cependant pas là. Il faut plus qu’une idée pour entreprendre. En clair, l’idée doit évoluer et muter en projet entrepreneurial pour pouvoir être exploitée convenablement. À cette fin, des démarches indispensables doivent être réalisées.

La première démarche à accomplir est l’étude de marché. Ensuite, vient l’étude financière. La création du business plan est la troisième et dernière démarche qui sanctionne le processus de passage au projet d’entreprise. Tous les entrepreneurs passent par cette étape pour éprouver leur idée, l’améliorer et en faire un projet entrepreneurial à même d’être rentable.

Idéalement, il est recommandé aux entrepreneurs de solliciter une aide experte à chacune de ces étapes. De nombreux spécialistes de la création d’entreprise proposent d’ailleurs leur assistance de nos jours.

Il faut notamment du savoir-faire et de la précision pour monter un projet d’entreprise juste et porteur. La mise à contribution des connaissances par le recueillement de leurs avis est aussi un excellent moyen d’affiner son projet d’entreprise.

Opter pour le bon statut juridique

On distingue aujourd’hui en France un grand nombre de formes d’entreprises. La forme que peut revêtir une entreprise est également désignée sous le vocable statut juridique. La loi française propose notamment un riche éventail de choix aux entrepreneurs.

Ces derniers disposent de plusieurs options, qu’ils décident d’entreprendre seul ou à plusieurs. Pour entreprendre seul, il est possible de créer une entreprise individuelle, une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), ou encore une Société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU).

Pour les entreprises à plusieurs, les pistes exploitables sont la Société à Responsabilité Limitée (SARL), la Société par actions simplifiée (SAS), la Société anonyme (SA) et la Société en nom collectif (SNC).

Chaque statut juridique possède son lot de caractéristiques, de conditions d’accessibilité, de règles de fonctionnement, etc. Il est important de bien s’informer sur chaque statut pour adopter celui qui convient le mieux à son projet entrepreneurial. Pour précision, les démarches auxquelles il faut se soumettre lors de la création de l’entreprise sont déterminées par le statut juridique choisi.

En cas de doute lors du choix du statut juridique de l’entreprise, il est recommandé de requérir l’avis des professionnels. Les conseils de ces derniers sont utiles pour comprendre les implications de chaque forme d’entreprises. Ils proposent même à leurs clients qui souhaitent entreprendre, le meilleur statut juridique pour leurs projets.

Créer son entreprise individuelle : les démarches à effectuer

guide ultime pour créer son entreprise

Les Français qui désirent entreprendre tout seul et qui ne veulent pas créer une société ne peuvent constituer qu’une micro-entreprise. C’est d’ailleurs l’entreprise la plus présente en France de nos jours. La création de cette forme d’entreprise est très aisée et ne suit que deux démarches obligatoires.

Constitution du dossier de création de la micro-entreprise

La première chose à faire pour créer une entreprise individuelle est de constituer un dossier. Il se compose des justificatifs d’identité et de domicile de l’entrepreneur. Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation est également exigée.

Certaines activités sont réglementées. Si l’entrepreneur opte pour l’une d’entre elles, il lui faut obtenir une autorisation d’exercice et en justifier. Le dossier de création de l’entreprise individuelle est complété par un formulaire Cerfa P0. Il est imprimé et rempli par l’entrepreneur.

Déclaration l’activité de la micro-entreprise

Le dossier de création ainsi constitué, doit être transmis pour déclarer l’activité de l’entreprise. La déclaration se fait auprès d’un Centre de Formalité des Entreprises. Le centre compétent est déterminé par l’activité que l’entreprise individuelle souhaite exercer. La création entreprise se fait aujourd’hui en ligne. Grâce à cette réforme, les entrepreneurs constituent encore plus facilement leurs entreprises individuelles.

Créer une société : les étapes à suivre

La législation autour de l’entrepreneuriat en France oppose les entreprises individuelles aux sociétés. Ces dernières peuvent être constituées par un seul entrepreneur. Leur essence est toutefois l’entrepreneuriat à plusieurs. Pour constituer une société, il faut impérativement suivre 4 étapes.

Étape 1 : rédiger les statuts de la société

La création d’une société débute par la rédaction de ses règles de fonctionnement. Elles sont consignées dans un document contraignant dénommés les statuts. La rédaction des statuts est une étape phare de la création d’une entreprise. L’entrepreneur doit y expliciter les modalités de fonctionnement de l’entreprise.

En fonction du statut juridique choisi, les statuts devront comporter des informations obligatoires. Sans ces mentions, les statuts ne sont pas valides. L’entrepreneur peut rédiger les statuts tout seul ou à l’aide de ses associés. S’il désire plus d’assurance, il lui est permis de contacter un notaire, un avocat ou encore une plateforme juridique.

Étape 2 : constituer le capital social de la société

À la différence de l’entreprise individuelle, la société possède la personnalité juridique. Dotée de droits et de devoirs, elle peut ainsi interagir légalement avec les personnes physiques et personnes morales qui existent. Pour qu’elle puisse correctement accomplir son objet, la société doit disposer de ses propres ressources. Un capital social est à cet effet constitué.

Le capital social est constitué par les apports de tous les associés. Les apports peuvent être faits en nature, en numéraire et en industrie. Dans certains statuts juridiques, le capital social est encadré par la loi. Dans d’autres formes d’entreprises par contre, les associés sont libres de constituer le capital social de leur choix. Une fois le capital constitué, il est déposé en banque ou chez un notaire.

Étape 3 : publier une annonce de création

Les entreprises ne peuvent pas être créées de manière secrète. Pour chaque nouvelle société qui voit le jour, une démarche de publication doit être observée. La création doit notamment être rendue publique dans un Journal d’annonces légales. Support de publication habilité, le JAL doit être choisi suivant des conditions de localisation du siège social de la société.

L’annonce légale doit en outre être rédigée suivant les dispositions du législateur à cet effet. Ici aussi, des mentions obligatoires sont prévues. Sans leur présence dans l’annonce, cette dernière n’est pas valable et doit ainsi être reprise.

Étape 4 : immatriculer la société

Pour commencer à exister légalement et recevoir sa personnalité juridique, la société doit suivre une dernière étape. À ce niveau, l’entrepreneur effectue des démarches pour l’immatriculer. C’est l’immatriculation qui intègre la société au Registre du Commerce et des Sociétés. Suite à l’immatriculation, des pièces importantes comme l’extrait Kbis ainsi que des informations clés tels les numéros SIREN et SIRET sont aussi fournies.

Pour immatriculer sa société, l’entrepreneur monte un dossier. On y retrouve des justificatifs du suivi de toutes les étapes présentées plus haut. Un formulaire de création de société est également rempli et ajouté au dossier. Le dossier est transmis au CFE compétent pour étude. Après évaluation, il est validé en cas de respect de toutes les étapes de création. Les documents d’immatriculation de la société sont par la suite délivrés.

Coût de création d’entreprise : postes de dépenses et conseils pour bien financer

La création d’une entreprise est un projet qui nécessite un investissement important. Les démarches comme la publication d’une annonce légale et l’immatriculation sont notamment facturées. Des ressources financières sont en outre requises pour constituer le capital social. Pour finir, le recours à des professionnels pour la délégation de la rédaction des statuts ou un accompagnement complet génère également des frais.

Idéalement, chaque entrepreneur doit exploiter les pistes d’aides à la création pour mieux faire face au coût de constitution de son entreprise. Le financement bancaire et les autres moyens de collecte de fonds sont également des options intéressantes.

En explorant toutes les solutions et en mettant les offres de financement en concurrence, l’entrepreneur peut lever assez de ressources pour créer son entreprise sans se ruiner et débuter son entreprise sereinement.