Business

PSA passe avec brio l’obstacle du nouveau protocole d’homologation

Citroën, Peugeot, DS, Opel et Vauxhall ont toutes réussi avec brio le nouveau protocole d’homologation du groupe. Tous les modèles du groupe disposent désormais de l’homologation en fonction du nouveau protocole WLTP qui est sans doute plus représentatif de la consommation lors d’un usage réel. Ce qui est une très bonne nouvelle pour l’ensemble du groupe. Dans un contexte où le dieselgate défraie encore la polémique, ce passage d’obstacle donne encore plus de crédit au groupe PSA, notamment face aux constructeurs allemands.

Tous les véhicules particuliers sont concernés

Avec la nouvelle homologation, c’est tous les véhicules particuliers du groupe PSA qui étaient concernés. Un gros défi dans un contexte où le dieselgate explose les médias français. Les marques Peugeot, Citroën, Opel, DS et Vauxhall viennent de passer avec succès les premiers tests concernant le nouveau protocole WLTP (Worldwide Harmonised Test Procedure). Celui-ci se veut souvent particulièrement représentatif de la consommation en carburant en usage réel, mais aussi du rejet réel de pollution.

A lire également : Pourquoi faire une location de salle de séminaire ?

En ce sens, les leaders techniques du groupe ont tenu à préciser que leurs choix technologiques permettant de traiter les émissions polluantes, notamment la SCR a été lancée en 2013 sur tous les moteurs diesel. Ce qui permet, depuis plusieurs années, de proposer aux clients des véhicules respectueux de l’environnement, mais aussi de maintenir un certain leadership dans le secteur automobile en France avec une qualité incomparable chez le concessionnaire PSA.

A voir aussi : Marseille, le nouveau Hub européen du textile

Après le scandale historique du Dieselgate, la mise en place de dispositif de contrôle plus long et plus rigoureux s’imposait. Dès lors, le WLTP avait des allures de véritable test environnemental pour les véhicules. Ainsi, la vitesse moyenne a été presque doublée et l’accélération reste plus forte, à presque 50% de la température du moteur.

Dieselgate, des révélations qui ne cessent pas

Il faut dire que le groupe PSA est toujours dans le collimateur de la DGCCRF. Dès lors, depuis la fin de l’année 2017, l’organe de répression des fraudes soupçonne une stratégie frauduleuse et a toujours nié de manière assez farouche l’installation sur ses véhicules d’un logiciel truqueur, celui-ci étant activé lors des tests d’homologation.

Cependant, il faut dire que le scandale du Dieselgate n’a pas encore connu son épilogue bien que l’enquête patine un peu en France. Dans d’autres pays européens, des collectifs se sont mis en place pour exiger réparation auprès du constructeur Volkswagen. La prochaine étape en matière d’homologation se fera en septembre 2019 avec la prochaine norme européenne 6D.