Famille

La tradition de la bague de fiançailles

Dûment choisie par le fiancé, scrutée par les beaux-parents, admirée par les amis et chérie par l’heureuse élue, la bague de fiançailles cristallise bien des émotions. Elle se transmet de mère à fille et illustre souvent l’aisance financière du futur époux. Mais d’où vient cette tradition d’offrir une bague à sa fiancée ? Et pourquoi le diamant est-il symbolique de l’engagement pris entre les deux amoureux ?

La bague de fiançailles, une tradition qui remonte à l’Antiquité

Durant l’Antiquité, à l’époque où le mariage n’était qu’un contrat passé entre deux familles, les fiançailles venaient clôturer l’arrangement sous la forme de l’échange d’un anneau en fer symbolique. Bien qu’à priori peu romantique, cet anneau se glissait tout de même à la main gauche, car celle-ci était censée être reliée directement au cœur. La notion d’amour n’était donc pas complètement étrangère à cette tradition.

Lire également : Quelles sont les conditions pour avoir les allocations familiales ?

Alors que de nos jours, seule la femme reçoit une bague pour les fiançailles, chacune des deux parties engagées avait alors l’honneur de porter l’anneau indiquant aux autres partis possibles qu’un contrat avait déjà été conclu.

De l’anneau de fer à la bague de fiançailles en diamant

Le Moyen-Âge conserve la coutume de l’échange des bagues en fer, sans toutefois en modifier réellement l’apparence. Cependant, un évènement change la donne. En 1477, Maximilien de Habsbourg décide d’offrir à sa future femme une bague extraordinaire, composée d’un anneau en or et de diamants. La duchesse Marie de Bourgogne reçoit ce bijou assorti d’une demande en mariage. Dès lors, les familles nobles et bourgeoises prennent exemple sur le couple. Les bagues de fiançailles se font de plus en plus précieuses et travaillées.

A lire également : Comment savoir si on a le droit à la prime de rentrée scolaire ?

Du côté de la famille royale britannique aussi, la tradition s’impose. Le Prince Albert offre ainsi une bague sertie d’émeraude à la reine Victoria. L’émeraude étant la pierre de naissance de la souveraine, le prince l’a fait intégrer dans un bijou unique en forme de serpent. La reine Elizabeth II reçoit quant à elle une bague sertie de plusieurs diamants issus d’une tiare que son fiancé, le prince Philippe, a reçue de sa mère.

Fait original, la bague de fiançailles de la reine Elizabeth est en platine alors que son alliance, qu’elle porte à côté, est en or jaune. En général, le choix de la bague de fiançailles se fait dans le même matériau que celui qui composera les alliances.

Sans aller vers des bijoux aussi ostentatoires que les bagues royales, les couples modernes perpétuent volontiers la tradition de la bague précieuse offerte lors des fiançailles par le futur époux.

Pourquoi la bague de fiançailles est-elle ornée d’un diamant ?

Si le fiancé peut choisir n’importe quelle bague à offrir à sa dulcinée, la tradition veut qu’il s’agisse d’une bague sertie d’un diamant, connue sous le nom de solitaire. Pour comprendre la symbolique de ce bijou, il suffit de considérer les qualités du diamant.

Cette pierre, parmi les plus précieuses au monde, est également la plus solide. Le diamant est donc sélectionné comme un signe de durabilité dans le futur mariage et de fidélité des époux l’un envers l’autre. Sa rareté et sa préciosité en font un véritable trésor, preuve si nécessaire que le fiancé est prêt à tout pour sa future épouse.

Il faut savoir que le diamant n’orne la bague de fiançailles que depuis assez récemment. D’abord, l’exploitation de cette pierre précieuse n’apparait vraiment qu’à la fin du 19e siècle en joaillerie. Ensuite, c’est le diamantaire mondial De Beers qui, associé aux célébrités hollywoodiennes, a mis en avant le diamant sur les bagues de fiançailles.

En 1947, Mary Frances Gerety crée pour la compagnie De Beers le slogan qui fera le succès du diamant comme symbole de l’amour : « Le diamant est éternel ».