Finance

Comment trader le volatility 75 Index ?

Avez-vous une idée du concept volatility Index ? Si ce n’est pas le cas, alors vous aurez la chance de faire sa découverte à travers ce webzine. Non seulement, vous pourrez mieux appréhender cet indice, mais aussi connaître les méthodes pour le trader. Si vous avez déjà eu vent de cet indice, alors ce sera un plus pour vous de parcourir les lignes à suivre.

VIX : c’est quoi ?

Avant d’aborder les points pertinents du sujet, il est important de connaître la notion du volatility Index. En effet, ce dernier représente un indicateur conçu par le CBOE durant les années 90. Il permet au trader d’évaluer la volatilité du marché financier américain. Encore appelé VIX, le Volatility Index prend en compte le S&P500 dans son évaluation du risque.

A lire également : Comment trader le future CAC 40 ?

Outre cet indice, il y a aussi d’autres indices qui ont été développés. Il s’agit du NASDAQ 100 et de l’indice boursier Dow Jones. Étant créateur du VIX, seul le CBOE assure son calcul. Le temps a rendu cet indicateur populaire. Désormais, les grands investisseurs américains gardent un œil sur celui-ci.

La bonne nouvelle est que le VIX peut être négocié sous forme d’actifs. Néanmoins, il est est encore désigné Indice de la peur à cause de sa capacité à mesurer la situation des marchés.

A voir aussi : Quelle est la principale différence entre la promesse unilatérale et la promesse synallagmatique ?

Quelles sont les méthodes pour négocier le volatility Index ?

Au début, le VIX représentait juste un indicateur, mais au fil du temps, il s’est fait une place parmi les indices au point où il peut faire objet de spéculation. Maintenant, si vous envisagez de négocier l’indicateur, vous devez accorder une priorité à l’analyse technique. Il faut disposer des accessoires pour analyser graphiquement avant de négocier cet indice.

La plupart des traders se servent du Volatility Index comme actif dans le but de mettre un bon money management en place. Autrement dit, le VIX représente un indicateur de risque. En supposant un marché avec une précarisation normale, si votre premier choix se porte sur deux lots de CFD, une forte augmentation de l’indice contraint le trader aguerri à changer de position.

À titre informatif, si la versatilité est élevée, cela implique une augmentation drastique du risque. Face à cette situation, pour limiter et avoir un contrôle sur le risque, le trader doit se contenter d’un lot. D’habitude, une comparaison se réalise entre l’indice de peur et la mesure standard déviation qui permet de donner un point de vue de la précarisation.

Vous avez également le libre choix de faire de la spéculation sur le cours du VIX tout en vous servant des produits dérivés comme les futurs ou les options. C’est une possibilité ayant fait son avènement en 2004 pour les futurs, et en 2006 pour les options. Il faut notifier que la conception des possibilités précédemment évoquées a entraîné une croissance des échanges d’options tout comme des accords à terme. Toutefois, avant d’aspirer à la négociation du VIX, il faut veiller à ce qu’il s’agisse effectivement du Volatility Index. Ne vous laissez pas avoir par des faux brokers.

Outre ces méthodes, il est également possible de recourir à l’astuce d’investissement axée sur les cadences du marché. Il est au su de tous que l’instabilité se fait rare pendant les mois de juillet et d’août ainsi que durant les périodes de fêtes. Ceci dit, si le VIX est en hausse à un moment de ces périodes, le bon trader doit se positionner sur la vente. Dans cette position, il peut se faire des profits.