Renault : Carlos Ghosn va rester pour renforcer l’intégration avec Nissan

L’annonce a été faite il y a quelques jours, le PDG de Renault, Carlos Ghosn va rester pour renforcer l’intégration avec Nissan. Alors que le dirigeant de la concession automobile française préparait déjà sa succession, il est encore désigné pour demeurer pendant 4 ans encore à la tête du groupe. C’est après une réunion du Conseil d’administration de Renault que la nouvelle a fait le tour du monde.

Lire également : L’entreprise Noroit remporte le Trophée de l’Innovation 2017

Carlos Ghosn reste, mais pour quelle raison ?

Le communiqué d’annonce qui informe le monde automobile que l’actuel PDG de Renault reste à son poste précise que sa mission durant les 4 prochaines années sera de faire en sorte que l’Alliance avec Nissan lui survive. Renault a en effet formé avec le concessionnaire japonais Nissan une Alliance qui ne rend plus incongru le fait de trouver une voiture Renault dans une concession Nissan et vice versa.

Carlos Ghosn est celui qui a permis à cette alliance entre les deux groupes de perdurer dans le temps. Ainsi, à la veille de son départ, les actionnaires du groupe ont craint que l’Alliance ne tienne pas. Vu les résultats élevés obtenus par le groupe en 2017 sous la direction du PDG de Renault, le conseil d’administration n’a alors pas trouvé d’autre solution que de le reconduire pour 4 ans. Ainsi, malgré le refus passé de certains actionnaires du groupe, Carlos Ghosn reste le PDG de Renault et continue dans la gestion de l’Alliance.

A lire en complément : Cloud privé/Cloud public : quelle est la différence ?

Une victoire qui fait suite à un compromis et à une crise

Depuis quelque temps, l’État français qui détient 22 % des votes et 15 % d’actions de Renault s’élevait contre le salaire de Carlos Ghosn, jugeant celui-ci trop élevé. Une situation qui a laissé croire que l’actuel PDG du groupe ne referait pas un nouveau mandat à sa tête. Cependant, l’intérêt du groupe étant en jeu, l’État a accepté de le laisser faire ses 4 ans en échange d’une diminution de son salaire. Compromis accepté par Ghosn, puisque son salaire connaitra désormais une baisse de 30 % par rapport à celui qu’il percevait les années antérieures. En outre, l’entreprise fait l’objet de démissions précipitées ces derniers jours, mais elle ne semble pas ébranlée par celles-ci.

Carlos Ghosn, le PDG de Renault va donc rester à la tête de l’entreprise pour renforcer l’intégration avec Nissan. Une mission qui donne au dirigeant bientôt âgé de 64 ans de nouveaux défis à relever.