Business

Récompenser l’ancienneté des salariés, un enjeu RH

Un salarié présent dans l’entreprise depuis 20, 30 ou 40 ans est généralement une grande richesse. La fidélité professionnelle, encore très prisée en France, est sérieusement concurrencée par la facilité à changer de travail et l’ouverture des réseaux professionnels en ligne. Dès lors, récompenser celles et ceux qui choisissent de s’impliquer sur le long terme devient une stratégie RH primordiale. Pour rivaliser avec les offres d’emploi susceptibles d’intéresser vos meilleurs éléments, vous avez tout intérêt à prévoir des récompenses à la hauteur des attentes des employés.

L’importance des récompenses d’ancienneté dans l’entreprise

Les figures les plus anciennes d’une entreprise ne se contentent pas de connaitre les protocoles par cœur ou de tutoyer leur hiérarchie. Voici quelques exemples de bénéfices apportés par les employés présents depuis plusieurs dizaines d’années :

Lire également : L’intelligence économique est devenue un sport de haut niveau

– les collaborateurs anciens font office d’exemples et de référence pour les jeunes recrues ;

– ils contribuent à faire rayonner l’entreprise et son image par leur sentiment d’appartenance ;

A voir aussi : Les méthodes pour communiquer avec son entreprise

– ils apportent une expérience inégalable des produits et services de l’entreprise ;

– ils renforcent la culture d’entreprise et la cohésion d’équipe ;

– ils se sentent à leur place et font leurs intérêts de l’entreprise ;

– ils repèrent rapidement les défaillances, les oublis, les faits inhabituels ;

– ils sont bien intégrés et peuvent servir de médiateurs entre les collaborateurs.

Valoriser leur présence et leur loyauté est indispensable pour qu’ils continuent de se sentir utiles et appréciés, non seulement pour leurs efforts, mais surtout pour leur engagement envers l’entreprise. La récompense de l’ancienneté vise aussi bien à maintenir les collaborateurs les plus motivés au sein de l’entreprise qu’à instaurer un climat convivial entre les différentes équipes.

Quel type de récompense prévoir pour un salarié ?

En fonction des conventions collectives, on retrouve différents modes de remerciements pour l’ancienneté des salariés. Il n’est pas rare que l’entreprise octroie une prime d’usage ou sur décision de l’employeur. Cette prime est parfois prévue d’emblée dans le contrat. Elle s’exprime au choix sous la forme d’un pourcentage du salaire, d’un forfait ou d’une gratification unique.

D’autres conventions prévoient l’octroi de congés supplémentaires, un avantage très intéressant dans les secteurs qui présentent de la pénibilité au travail (BTP).

Afin de marquer les périodes d’ancienneté conséquentes comme les 20, 30 ou 40 années de services dans l’entreprise, il est aussi possible d’organiser une cérémonie avec la remise d’une récompense symbolique.

La médaille du travail grand or 40 ans, par exemple, récompense les salariés les plus émérites qui ont travaillé pendant 40 ans au service d’une entreprise française. La médaille d’honneur du travail existe aussi en trois autres échelons, argent, vermeil et or. Ils correspondent respectivement à 20, 30 et 35 années de services.

À savoir : la médaille du travail est demandée par le salarié auprès de la préfecture ou de la sous-préfecture. L’entreprise organise à sa guise la cérémonie de remise de la médaille. Elle peut financer l’achat de la récompense ou la laisser à la charge de l’employé.

Montant de la prime d’ancienneté

La prime d’ancienneté n’est pas encadrée pas la législation. Elle dépend donc soit de la convention, soit de la volonté de l’employeur. Lorsqu’elle est attribuée par pourcentage du salaire mensuel, elle se base généralement sur la référence suivante : 1% en plus chaque année à partir de la 3e année.

Un salarié rémunéré 1700 euros brut devrait alors toucher 3% de salaire en plus à compter de 3 ans d’ancienneté. Il obtiendrait une augmentation de 50 euros la 3e année, puis de 68 euros la 4e année (4% de 1700) et ainsi de suite, toujours par rapport au salaire minimum de base attribué au poste occupé.